Auteur : Evelyne GOUGENHEIM

Douglas Emhoff mari de Kamala Harris est la nouvelle star juive des démocrates

 Source: site Juifs Célèbres, la contribution du peuple juif à l’humanité

Né en 1963 dans une famille juive de Brooklyn, Douglas Emhoff est un célèbre avocat américain du divertissement. Il est le mari de la sénatrice Kamala Harris , candidat à la vice-présidence de Joe Biden pour 2020. Le couple s’est mariés en 2014 et ont même brisé un verre sous une houppa pour la cérémonie.

D’origine indienne et afro américaine, Kamala Haaris déclare sur son mariage « Conformément à nos héritages indien et juif, j’ai mis une guirlande de fleurs autour du cou de Doug et il a écrasé un verre »

Si Biden est élu, Emhoff deviendrait le premier conjoint juif d’un vice-président des États-Unis .

Les enfants d’Emhoff issu de son premier mariage , Cole et Ella, appellent leur belle mère Kamala « Momala » – un surnom qui ressemble au surnom yiddish « Mameleh », qui signifie petite maman.

Douglas a participé et contribué à de nombreuses causes juives, y compris de son travail bénévole avec Bet Tzedek, qui fournit des services juridiques gratuits aux pauvres.

En 2017, le couple à effectuer un voyage en Israël ou ils se sont rendu notamment au mémorial de la Shoah Yad Vashem.

Le BNVCA dénonce la pétition scandaleuse contre l’Imam Chalghoumi

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme dénonce la pétition scandaleuse lancée contre l’Imam Chalghoumi. Non seulement il est accusé « d’accentuer le fossé qui se creuse entre les différentes Communautés », mais de surcroît il lui est demandé de ne plus « parler au nom des musulmans ». Connaissant depuis de longues années l’Imam Chaghoulmi, Sammy Ghozlan , Président du BNVCA, rappelle que celui-ci ne s’est jamais présenté en tant que porte-parole des musulmans de France. Il est toujours intervenu en son nom propre ainsi qu’au nom des membres de la Conférence des Imams de France qu’il a fondée. S’il a si souvent été invité , n’est-ce pas parce que les médias souhaitaient justement faire entendre une voix qui comble le fossé entre les Communautés et se rallie aux valeurs de la République.

Le BNVCA aimerait savoir si les pétitionnaires signataires, ainsi que celle qui a lancé la pétition, il y a déjà cinq ans, dénommée Leila Bala, ont par ailleurs lancé des pétitions contre les prédicateurs qui incitent à la haine et au mal-vivre ensemble, en stigmatisant tous ceux qui écoutent de la musique, lisent Charlie Hebdo ou portent des jupes toujours trop courtes. En attaquant ainsi un Imam au franc parler et courageux, les pétitionnaires cherchent-ils à dissuader et à faire taire ceux qui voudraient emprunter la voie ainsi ouverte ? Enfin, Mme Leila Bala se disant toulousaine, a-t-elle condamné les attentats commis par Merah à Toulouse, sa ville, contre les soldats ou les enfants de l’école juive Ozar HaTorah. On recherche également les pétitions pour condamner le Collectif Cheikh Yacine qui, après avoir brûlé des drapeaux français et israéliens, avait menacé la famille de l’Imam Chalghoumi la forçant à s’exiler.

Cette pétition, qui  s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression, a cependant pour but de limiter au maximum la liberté d’expression d’un imam qui défend les valeurs de la République. Qui se cache derrière cette pétition ?

Nous attendons des médias qu’ils n’accordent que l’attention méritée par cette pétition honteuse, c’est-à-dire aucune attention.

Le BNVCA: à la campagne aussi.

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, le BNVCA, condamne la propagation de l’antisémitisme qui se manifeste jusque dans des zones rurales. Le BNVCA a été requis par un habitant du Var qui a découvert sur sa porte le tag d’une Etoile de David. Le BNVCA s’étonne que dans un environnement traditionnellement calme, loin de tous centres urbains, une personne soit ainsi identifiée et stigmatisée. La personne a déposé plainte à la gendarmerie proche de son domicile. Le BNVCA constate que, depuis six ans, l’antisémitisme se manifeste au plus près du domicile des personnes, si ce n’est à leur domicile.

Le BNVCA va se constituer aux côtés de cette victime d’antisémitisme pour l’assister et charge son Conseil, Me Baccouche, de déposer plainte à cet effet

Le BNVCA demande aux autorités de tout mettre en œuvre pour identifier ceux qui commettent ce harcèlement afin de les empêcher de continuer de nuire.

Le BNVCA est scandalisé par les propos indignes, dangereux et irresponsables tenus par l’ancienne sénatrice, Bariza Khiari, à l’encontre de l’Imam Chalghoumi, Président de la Conférence des Imams de France.

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, le BNVCA, est scandalisé par les propos indignes, dangereux et irresponsables tenus par l’ancienne sénatrice, Bariza Khiari, à l’encontre de l’Imam Chalghoumi, Président de la Conférence des Imams de France.

Ses déclarations sont révélées par le magazine Marianne du 3 ;11 ;2020. Alors qu’une pétition circule contre cet imam, Mme Khiari fait un appel inquiétant aux médias, « pour qu’ils cessent d’inviter Hassen Chalghoumi, qui doit cesser de parler au nom des musulmans » (ce qu’il n’a jamais fait) Bariza Khiari souhaite chasser des plateaux de télévision Hassen Chalghoumi, qui « a le tort de parler vrai au nom du cœur et de la raison » comme le souligne l’article de presse.

En signant la pétition qui circule contre Hassen Chalghoumi « Nous ne voulons pas être représentés par Chalghoumi » et ainsi que l’affirme la journaliste de Marianne, Bariza Khiari exprime manifestement « une jalousie médiatique », elle qui ambitionnait d’être chargée par le Président Macron de structurer l’Islam de France.

En revanche, le BNVCA salue le courage, le franc-parler et la sincérité de l’imam Chalghoumi, Président de la conférence des Imams de France et imam de Drancy. Depuis près de vingt ans, l’imam Chalghoumi est l’ami de Mr Sammy Ghozlan, Président du BNVCA et du CCJ 93, Conseil des Communautés Juives de Seine Saint Denis.

Contrairement à beaucoup d’autres, silencieux, indifférents ou complaisants, Mr Chalghoumi a été le seul imam à condamner l’antisémitisme d’origine arabo-musulmane. Il a été le seul responsable musulman à participer, lui; et les autres imams membres de son organisation, aux manifestations et cérémonies à la mémoire des victimes d’attentats antisémites. Il a été le seul à être présent aux cérémonies organisées à Toulouse, après l’attentat islamo-terroriste commis par Merah en mars 2012. Le 22 juillet 2014, après les violents incidents à Paris et Sarcelles, où retentirent les cris de « Mort aux Juifs », il participe à la synagogue de Sarcelles à une soirée de prières multiconfessionnelles. En 2018, il fut l’un des trois cents signataires aux côtés de Nicolas Sarkozy, du Grand Rabbin de France Haïm Korsia, de Bernard-Henri Lévy et d’Alain Finkielkraut à signer une tribune demandant à ce que des versets du Coran soient frappés de caducité. L’Imam Chalghoumi a été le seul responsable musulman à emmener des jeunes musulmans, filles et garçons, en Israël pour leur faire connaître la réalité de la situation au Proche et au Moyen-Orient. Il n’est pas isolé, il est suivi par de nombreux autres imams dans tout l’Hexagone.

Il a été le premier et le seul imam à demander que les mosquées ne soient plus financées par des états étrangers et que les imams et muftis soient formés uniquement en France.

Tout ceci lui a valu menaces, agressions, insultes, mépris et rejet par ses pairs et coreligionnaires, plutôt attirés par les discours extrémistes, salafistes et islamistes.

Le BNVCA a toujours eu une totale confiance en lui et seulement en lui. Contrairement à ce que prétend Bariza Khiari, Hassan Chalghoumi honore l’Islam.

Mme Briza Khiari, étant membre du bureau exécutif de LAREM, ex vice-présidente du Sénat, présidente de l’Institut des cultures d’Islam, nous demandons au Président de la République, Mr Emmanuel Macron, de la recadrer.

Nous exhortons la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, les animateurs du projet Aladin et Mr Éric de Rothschild, à se désolidariser de Mme Bariza Khiari.

Nous demandons au chef de l’Etat aujourd’hui, plus que jamais, de confier à Mr Hassan Chalghoumi la direction et la structuration de l’Islam de France

Le BNVCA : Vienne, une attaque de grande envergure

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme condamne l’attaque terroriste qui vient de se produire près d’une synagogue et d’un restaurant juif à Vienne, ainsi que, selon nos dernières informations une prise d’otages à l’hôtel Hilton de Vienne et dans un restaurant asiatique. C’est une attaque de grande envergure qui met le centre de Vienne en état de siège. Le BNVCA note que l’Autriche est l’un des premiers pays à avoir apporté son soutien au Président Emmanuel Macron, lors des derniers attentats.  Il y aurait déjà sept morts et peut-être dix victimes de l’attentat-suicide dans le quartier juif. Un nouvel événement est en cours avec prise d’otages à l’hôtel Hilton de la capitale autrichienne ainsi que dans un restaurant asiatique. Un suspect arrêté serait arrivé du Maroc, il y a dix jours.   

Nous demandons aux autorités françaises de faire assurer la protection des églises, des synagogues, des écoles catholiques, de même que les centres communautaires et écoles juives et catholiques. Nous appelons les citoyens et les fidèles de ces deux religions à la plus grande prudence
Le BNVCA redoute de voir se produire sur le territoire national de tels événements et réitère sa demande présentée lors des communiqués concernant l’attaque de la Basilique de Nice, de mise en place de l’état d’urgence en France

Séisme: Tsahal offre son aide à la Turquie (B. Gantz)

( Art. i24 News)

“L’Etat d’Israël apportera toujours une aide humanitaire aux civils blessés, peu importe l’endroit”

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a indiqué vendredi dans un communiqué qu’il avait demandé à Tsahal de dépêcher une “aide d’urgence” en Turquie, suite au tremblement de terre qui a secoué l’ouest du pays plus tôt dans la journée, et qui a fait au moins douze morts et 400 blessés.

 

 

“L’Etat d’Israël et ses services de défense expriment leur plus profond chagrin face à cette catastrophe, et se tiennent prêts à envoyer immédiatement une délégation afin de venir en aide [à la population turque] et pour y déployer un hôpital de campagne afin de prendre en charge les nombreux blessés”, indique le communiqué.

“L’Etat d’Israël et ses forces de sécurité apporteront toujours une aide humanitaire aux civils qui sont blessés, peu importe l’endroit, en s’appuyant sur l’expérience et les capacités de Tsahal acquises au fil des ans pour faire face aux situations d’urgence”, a déclaré M. Gantz.

Un puissant séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a secoué vendredi l’ouest de la Turquie, provoquant l’effondrement de plusieurs immeubles.

“Toutes nos institutions ont commencé à se rendre sur les lieux pour entamer les efforts nécessaires”, a indiqué plus tôt ce vendredi le président Recep Tayyip Erdogan sur Twitter.

La Turquie est située dans une des zones sismiques les plus actives du monde.

( Actualisation au 2 novembre: la Turquie a refusé l’aide israélienne. On dénombre  à ce jour 83 morts et 962 blessés, 743 des blessés sont sortis de l’hôpital.  NDLR)

Le BNVCA confirme sa demande faite au gouvernement de déclarer l’état d’urgence: trois attentats islamistes en une matinée

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, BNVCA, condamne l’horrible succession d’attentats islamistes qui ont visé la France ce matin. A Nice, trois personnes ont été tuées et décapitées dans la Basilique de Notre-Dame à Nice. En Avignon, un homme qui assaillait des policiers a été abattu. A Djeddah en Arabie Saoudite, un vigile du Consulat de France a été blessé au couteau, le terroriste arrêté. Nous remarquons qu’en cette journée, l’islam célèbre la naissance du prophète Mahomet.

Face à cette véritable déclaration de guerre, l’islamo-fascisme montre son vrai visage. On reconnaît les pires méthodes de l’histoire lorsque des groupuscules fascistes répandaient la terreur par des crimes sauvages de citoyens. Inadaptation aux notions de démocratie et de liberté d’expression, inadaptation au dialogue, les islamo-fascistes et leurs sinistres comparses veulent terroriser en versant le sang des civils, de ceux qu’ils appellent les « mécréants ». Face à cette flambée de violence extrême, le BNVCA confirme sa demande faite au gouvernement de déclarer l’état d’urgence.

Ceux qui veulent terroriser la France, ne nous terroriseront pas. La France a une histoire longue de menaces, de guerres et de résistance. Le BNVCA appelle à une vigilance accrue de chacun et chacune, mais aussi à la confiance renouvelée dans nos forces de l’ordre et à la volonté du gouvernement d’assurer la sécurité des citoyens français.

Nouvelle sauvagerie islamiste: le BNVCA condamne et appelle le gouvernement à décréter l’état d’urgence


Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, le BNVCA, condamne l’agression islamo-terroriste commise ce matin 29 octobre vers 9 h du matin dans la Basilique Notre Dame de Nice, par un homme armé d’un couteau tuant trois personnes qu’il a égorgées et décapitées. Plusieurs blessés sont également à déplorer. Tel est le terrible bilan d’une nouvelle attaque au couteau ciblant la France et ses valeurs, dans la Basilique de Nice. Nice, ville déjà meurtrie par la terreur islamiste.

Guerre de civilisations, de cultures ou de religions, quelle que soit la dénomination, ce que le BNVCA dénonce depuis des années s’affiche désormais au grand jour en France : les ennemis de la France, de la République, de la liberté que nous représentons, nous ont déclaré la guerre. Ceux qui parlaient d’extension du califat ou d’autres termes, prenant en compte la volonté impérialiste de l’islamisme, se faisaient jusque-là taxés de racistes fascisant, sont désormais regardés différemment. Il aura fallu Samuel Paty, il aura fallu des décapitations.  

Quand nous dénoncions les attaques anti-juives et que nous qualifiions les agresseurs et les assassins antisémites d’islamo-fascistes, on ne nous entendait pas.

L’horrible décapitation du professeur aura enfin déclenché la prise de conscience. Il n’est pas trop tard, il ne sera jamais trop tard, mais nous considérons que la vigilance demandée est insuffisante. Le BNVCA appelle le gouvernement à décréter l’état d’urgence pour protéger les français et combattre l’islamo-fascisme.

Il faut désormais préventivement prendre des mesures drastiques et efficaces contre ceux qui en France font la guerre à la France, aux français juifs et chrétiens. Déchéance pure et simple de la nationalité française, expulsions du territoire, cessation de paiement des allocations sociales et autres, dissolution des associations islamistes, salafistes et extrémistes, contrôles systématiques, de jour comme de nuit, des centres d’hébergement et des foyers de travailleurs, etc….

Nous pressentons que ce type d’attentat va se reproduire. C’est pourquoi nous recommandons que tous les lieux, à connotation religieuse, juifs et chrétiens, en particulier écoles juives et catholiques privées, établissements cachères, paroisses, fêtes et cérémonies religieuses, que tous ces lieux soient désormais sous la surveillance de vigiles habilités et armés.  Il faut désormais et sans délai mettre hors d’état de nuire tous ceux qui soutiennent ces courants ennemis de la France et des français, y compris ceux qui, volontairement ou non, par des paroles irresponsables attisent le feu de la haine. 

Aux victimes, aux familles des victimes, à la ville de Nice, à notre beau pays la France encore une fois touchée au cœur, nous souhaitons à tous le courage nécessaire pour endurer et combattre. 

Le BNVCA s’élève contre les propos indignes d’une élue de la République

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, le BNVCA,  s’élève avec force contre les propos indignes de Mme la députée Obono. Non seulement elle porte outrage aux plus hautes instances de la République en détournant leurs noms et leurs fonctions, mais elle ose accuser le Ministre de     l’Intérieur  de « déclarer la guerre civile ». Le meurtre d’un professeur, sa décapitation, ne serait donc qu’un fait divers ? La découverte de véritables arsenaux de guerre et leur utilisation de plus en plus fréquente, notamment contre les policiers et les commissariats, ne seraient que des jeux virtuels portés à la réalité par des personnes désœuvrées et en proie à l’ennui ?

Non Mme Obono, ce sont des actes de guerre et les Français attendent une réponse forte de l’Etat pour que règne dans les rues de nos villes non pas le climat terrible de villes en proie à la guerre civile, comme en Syrie, mais que revienne la sécurité, le premier droit des citoyens français. En défendant les décapiteurs, les tueurs et tous ceux qui s’emploient à transformer la vie quotidienne des Français, en un enfer, Mme Obono a choisi son camp. Elle bafoue sa mission, en devenant le porte-parole du pire et, du haut de son titre, fournit un exemple dévastateur en particulier pour la jeunesse. 

Le BNVCA demande au Président de l’Assemblée Nationale, M. Richard Ferrand de prendre des mesures contre cette dangereuse déviance. L’Assemblée Nationale ne peut devenir un territoire perdu de la République. Ne refaisons pas l’erreur de l’attentisme et de la minimisation des faits : il faut agir dès le premier signe de radicalisation L’Assemblée ne peut tolérer de tels débordements qui attisent un climat délétère. La France fait non seulement face à la pandémie mais à un virus plus grave : la haine entretenue par les ennemis de la République. La France, pays des Droits de l’Homme, a le devoir de faire respecter le premier droit des citoyens, le droit à la sécurité. Si Mme Obono ne partage plus cette vision, sa place n’est plus dans les rangs des Représentants de la République.

Manuel Valls : «Par ses insultes envers la France, Erdogan se fait le chantre de l’islamisme radical»

TRIBUNE – S’agissant du Moyen-Orient, la France doit adapter sa politique étrangère aux réalités nouvelles que chacun peut observer, argumente l’ancien premier ministre.

Par Manuel Valls Publié par Figaro Vox le 26 octobre

(Photo Manuel Valls, source TJ,   Photo Jérusalem, source Israel21c )
 
Depuis plus de trente ans, le Moyen-Orient traverse des crises, des chocs et des ruptures. L’effondrement du bloc soviétique a consacré les États-Unis comme seule hyperpuissance ; les attentats du 11 septembre 2001 et l’avènement du terrorisme islamiste globalisé, avec al-Qaida et l’État islamique, ont bouleversé l’islam, les équilibres du monde et de la région. Les printemps arabes, avec leurs espoirs et leurs échecs, ont souligné la friction permanente entre aspirations démocratiques parfois fragiles et crispations autoritaires, identitaires, extrémistes.
 
Les lignes de front se multiplient et le conflit israélo-palestinien apparaît donc, malgré la guerre larvée entre Israël et le Hamas à Gaza, comme un contentieux local, de basse intensité. À l’évidence, les anciens empires, perse, ottoman, russe, cherchent à retrouver leurs rôles dans la région. Malgré un désengagement progressif, débuté sous la présidence de Barack Obama, les États-Unis continuent, à travers leurs relations privilégiées avec Israël et l’Arabie Saoudite, à peser. On le voit avec le plan Trump-Kushner qui a incontestablement fait bouger les lignes. L’Europe reste en grande partie absente car elle n’est pas une puissance militaire, elle est divisée et sans vision dans cette partie du monde. Elle est également soumise au chantage des réfugiés de la part de la Turquie. 
 
Et la France, engagée courageusement dans la région contre l’État Islamique comme au Sahel, jouant de tout son poids politique au Liban pour aider le pays à sortir de la crise, démontrant la plus grande fermeté face à la Turquie, ne s’est pourtant pas défaite, sur la question israélo-palestinienne, d’une tradition diplomatique obsolète. Il est urgent d’en sortir. La formule visant « la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale des deux États » est caduque. C’est une langue morte. Les accords d’Oslo et leurs conséquences, l’évolution des rapports de force, la nouvelle donne géopolitique rendent tout retour en arrière impossible. Par crainte d’une rupture avec le monde arabe et les Palestiniens, paralysée par les passions qu’agite ce conflit jusque dans notre pays, la diplomatie française s’est figée. Nous avons pourtant les atouts — la culture, l’histoire, la connaissance de la région, une relation de confiance établie avec les Palestiniens — pour proposer. Car la paix ne tient pas au succès d’un numéro d’équilibrisme, ce n’est pas non plus un arbitrage moral mais l’entrée consentie dans un nouveau paradigme. 
 
Jérusalem capitale d’Israël:
 
C’est pourquoi je crois que la France doit désormais reconnaître que Jérusalem est bien la capitale d’Israël. Depuis la déclaration de David Ben Gourion à la Knesset en 1949 jusqu’aux reconnaissances internationales aujourd’hui, ce mouvement est irréversible. La protection des lieux saints des trois grandes religions monothéistes doit bien entendu être garantie. Nous devons encourager la création d’un État palestinien. C’est aussi dans l’intérêt d’Israël et indispensable pour bâtir une paix durable. Mais encore faut-il dénoncer l’absence de processus démocratique et la corruption qui gangrènent l’Autorité palestinienne, mettre un terme à l’illusion du retour des réfugiés, exiger des dirigeants palestiniens la condamnation du terrorisme et de l’incitation à la haine, et leur conseiller de négocier avec les Israéliens sur de nouvelles bases territoriales. La diplomatie exige, aussi, du parler vrai. 
 
Après la paix signée avec l’Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994, une normalisation des relations entre Israël et plusieurs pays arabes est en cours : les Émirats arabes unis et Bahreïn il y a quelques semaines, le Soudan hier et d’autres qui suivront demain. C’est l’aboutissement du rapprochement avec Israël face à la menace iranienne. C’est, surtout, la réaction aux mutations économiques et la nécessité pour ces pays de penser l’ère post-pétrole en développant des coopérations avec Israël, « start-up nation », partenaire d’innovation incontournable. C’était le rêve de Shimon Pérès : bâtir la paix autour du savoir et de la recherche. La France, forte d’une alliance stratégique, de sécurité et de défense avec les Émirats arabes unis, doit accompagner ce mouvement car il l’engage. Il est porteur d’espoir pour la région et pour nous-mêmes : des sociétés que l’on croyait pieds et poings liés à une tradition archaïque multiplient les signes d’ouverture et s’autorisent le dialogue avec d’autres identités, d’autres valeurs. Ne soyons pas naïfs, cela mettra du temps mais c’est une bonne nouvelle.
 
Oui, enfin, de l’évolution des rapports de force au Moyen-Orient dépend aussi notre avenir. Nous le voyons à nos portes, en Méditerranée et en Libye, face aux agissements de la Turquie – étrange partenaire de l’OTAN – et de son président. Par son refus de condamner sans ambiguïté l’attentat terroriste de Conflans , par ses insultes à l’égard de la France, le président Erdogan, nouvelle référence des Frères musulmans, se fait aujourd’hui le chantre de l’islamisme le plus radical. Nous le voyons ailleurs dans la région. Nous le savons, car nous devons être lucides, l’Arabie Saoudite, sponsor international de l’islam radical issu du wahhabisme, ou encore le Qatar, plateforme de flux financiers en direction de groupes terroristes, promoteur des Frères musulmans dont de nombreux imams en France se réclament, ont pesé lourd sur ce qui s’est passé au cours des dernières décennies. Les États où se multiplient aujourd’hui les appels au boycott de produits français en réaction à la promesse du président de « ne pas renoncer aux caricatures » délimitent très clairement le camp de ceux qui au Moyen-Orient mènent ou soutiennent le combat contre nos valeurs. L’islamisme est une menace globale et stratégique qui affecte nos relations internationales et impacte directement notre modèle républicain. Ce qui nous menace, ce contre quoi nous luttons, le terrorisme islamiste, n’a pas de frontières. Échappons à cet inconscient sans doute hérité de la colonisation qui nous conduit parfois au relativisme. Il nous faut de l’audace et de la clarté. Nous devons parler le même langage ici et là-bas. À Beyrouth, les Libanaises et les Libanais l’ont clamé dans la rue en prenant tous les risques. Sur la scène politique comme sur le terrain militaire, le Hezbollah, littéralement le « parti de Dieu », porteur d’une idéologie mortifère, antisémite, utilise la terreur comme seule arme. La France et l’Union européenne doivent désigner cet acteur pour ce qu’il est : une organisation terroriste.
 
Passons d’une diplomatie traditionnelle à une diplomatie de résolutions, à l’avant-poste de la réalité politique et des évolutions géopolitiques. Il ne s’agit pas d’imposer un modèle mais de défendre le nôtre, nos valeurs, nos intérêts, avec force. Il s’agit aussi de renforcer nos alliances. Trop souvent réduite au seul poids que la Shoah a laissé sur la conscience européenne, notre relation avec Israël doit s’affirmer sur tous les champs car elle est bien plus profonde. Elle tient au partage de valeurs et d’une vision commune du monde, du progrès, de la modernité, de l’humain. C’est une alliance stratégique qui ne se suffira pas de beaux discours : il faut la traduire en actes.
 
Le monde a changé. Le Moyen-Orient a changé. L’action de la France dans la région doit impérativement, elle aussi, faire sa mue. Nos destins sont liés. La France doit oser !

Assassinat de Samuel Paty : une pétition lancée contre un député radical tunisien

Texte par : Jean-Luc MOUNIER ( Article France24)

 
 
 
Des Tunisiens manifestent contre le retour de jihadistes qui se battent pour des groupes extrémistes à l'étranger, sur l'avenue Habib Bourguiba, à Tunis, en janvier 2017.

Des Tunisiens manifestent contre le retour de jihadistes qui se battent pour des groupes extrémistes à l’étranger. Tunis, janvier 2017, © Zoubeir Souissi REUTERS

Une quarantaine d’intellectuels tunisiens ont lancé, samedi, une pétition pour lever l’immunité parlementaire d’un député afin de le poursuivre en justice. Rached Khiari, du mouvement islamiste Karama, avait justifié le meurtre de Samuel Paty, considérant l’atteinte au prophète de “plus grand des crimes”.

Un texte “contre l’apologie du terrorisme”. Voici l’intitulé de la pétition lancée samedi 24 octobre par des membres de la société civile tunisienne, en réaction aux propos tenus par un député sur Facebook, le lendemain de l’assassinat de l’enseignant français Samuel Paty.

“Vanter les mérites de la décapitation du professeur (d’histoire-géographie) en public, comme châtiment divin, sur les réseaux sociaux, est une forme d’assassinat indirect”, clament les signataires, qui demandent que l’immunité parlementaire de Rached Khiari soit levée afin qu’il soit traduit devant la justice tunisienne.

“Aujourd’hui, il est clair que la lutte doit être contre ceux qui occupent une position quelconque ou importante et qui, par leur discours, peuvent autoriser les actes de terrorisme”, explique l’un des signataires de la pétition, Fethi Benslama, auteur et psychanalyste franco-tunisien, contacté par France 24. “Avec l’assassinat de Samuel Paty, il y a ce que j’appelle des ‘fatwa de fait’ : ce sont des fatwa qui ne disent pas leur nom et où quelqu’un, à un moment donné, va inciter à la violence, parfois par des propos qui ne sont pas directs mais qui ouvrent la possibilité à ce qu’un fanatique galvanisé ou un jeune qui souffre de troubles psychiatriques soit séduit par cette parole de quelqu’un qui occupe une place d’autorité.”

Samuel Paty, professeur d’histoire de 47 ans, a été tué le 16 octobre à la sortie de son collège dans les Yvelines, près de Paris, pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours d’éducation civique et morale sur la liberté d’expression.

Le lendemain, le député tunisien Rached Khiari – indépendant mais élu sous la bannière du mouvement islamiste Karama, membre de la coalition gouvernementale – avait écrit : “Toute atteinte au prophète Mahomet est le plus grand des crimes. Tous ceux qui le commettent (…) doivent assumer ses retombées”.

“On défend la liberté d’expression”

La police tunisienne a ouvert une enquête préliminaire dans la foulée de ce message mais aucune enquête judiciaire n’a été ouverte pour le moment. “Une brigade spécialisée dans les affaires de terrorisme (est chargée) d’enquêter sur le contenu du message posté”, a indiqué à l’AFP Mohsen Dali, substitut du procureur général au tribunal de première instance de Tunis, le 19 octobre.

Avec cette pétition – qui connaît un démarrage timide après son lancement récent –, les signataires, pour la plupart universitaires ou artistes, demandent que “L’État donne suite à l’enquête décidée par le Parquet et que l’Assemblée autorise la levée de l’immunité” du député concerné.

“Le discours de justification du terrorisme est lui-même une des formes abjectes de terrorisme”, indique aussi la pétition. “Les discours sont porteurs de terrorisme, il y a des propos qui font peur aux gens, qui créent de l’effroi”, précise Fethi Benslama. “On défend la liberté d’expression, et si quelqu’un vient condamner celle-ci, il crée une situation de terrorisme sur ceux qui peuvent ou veulent s’exprimer librement.”

“Nous nous étonnons du silence assourdissant de la majeure partie de la classe politique et des groupes parlementaires sur l’apologie du terrorisme faite par le député en question”, interrogent aussi les signataires de la pétition. Cette dernière ne semblait pas avoir suscité plus de réactions de membres du gouvernement ou de politiques de premier plan au moment de l’écriture de cet article.

La société tunisienne connaît de profonds clivages concernant la religion. La révolution de 2011 dans le pays a consacré la liberté de conscience et de croyance, inscrites dans la Constitution de 2014. Pour Fethi Benslama, cette pétition, outre la condamnation des propos de Rached Khiari, “est aussi un message envoyé à d’autres qui seraient tentés de faire la même chose” que le député tunisien. 

Avec AFP

Le BNVCA condamne avec vigueur les appels au meurtre contre le Président de la République, Emmanuel Macron, les menaces portées contre les autorités de l’Etat, les incitations à la haine et l’appel lancé à  boycott des produits français. 

Le BNVCA condamne avec vigueur les appels au meurtre contre le Président de la République, Emmanuel Macron, les menaces portées contre les autorités de l’Etat, les incitations à la haine et l’appel lancé à  boycott des produits français. 

L’appel au boycott étant un délit prévu et réprimé par nos lois, le Bureau national de Vigilance contre l’Antisémitisme, BNVCA, a chargé son conseil, Maitre Charles Baccouche, de déposer plainte contre l’auteur de ces posts, débusqué par le groupe B T A.

Alors que la France prend conscience de l’ampleur des efforts nécessaires pour combattre ceux qui par leurs discours de haine arment les bras des tueurs, l’auteur de ces posts se disant  Patrick Laine diffuse sur le réseau VK des appels à la mort du Président Macron.      Le BNVCA avait déjà poursuivi en justice cet individu qui a été condamné en mai 2018  par le Tribunal correctionnel de Nantes à la peine de 18 mois d’emprisonnement pour de multiples infractions commises par la voie des réseaux sociaux, constitutives d’injures, diffamations, apologie de crimes contre l’humanité, provocations à la haine et à la discrimination, provocations à la commission d’atteinte volontaire à la vie, contestations de crimes contre l’humanité, toutes aggravées par la circonstance de racisme et/ou antisémitisme.  De toute évidence, il récidive.

Aussi, le BNVCA dépose plainte à nouveau contre Laine, du chef d’outrage au chef de l’Etat et d’appel au meurtre du Président de la République. Le BNVCA demande que les autorités de police et du justice prennent sans délai des mesures de nature à neutraliser cet individu qui incite à la haine et au meurtre de notre président.

Le BNVCA à l’audience du 4 novembre 2020 du Tribunal Correctionnel de Paris, contre Vincent Reynouard, qui comparaît pour « contestation de crimes contre l’humanité ».

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, BNVCA, sera présent à l’audience du Tribunal Correctionnel de Paris qui se tiendra le 4 novembre 2020 et sera représenté par notre conseil Maître Charles Baccouche, pour plaider et y être entendu dans l’affaire concernant Vincent Reynouard.

Le 4 novembre 2019, le BNVCA avait déposé plainte contre Vincent Reynouard pour contestation de crimes contre l’humanité figurant dans son nouveau manuscrit intitulé : Pourquoi Hitler était-il antisémite ?

Il écrit « le prétendu génocide des juifs est un mythe ? Aucune extermination systématique n’a été ni ordonnée ni planifiée ni perpétrée…en particulier les prétendues chambres à gaz hitlériennes n’ont jamais existé ».

Coutumier du fait, ce négationniste a déjà été plusieurs fois condamné.

Le BNVCA, par l’intermédiaire de son avocat, Maître Charles Baccouche, demandera la saisie et la destruction de tous les manuscrits mis en cause ; que leur vente soit interdite, et que des arrêtés soient publiés prescrivant le retrait de ces livres de tous les bacs des librairies.

Le BNVCA réclamera une peine très sévère et exemplaire afin d’empêcher Vincent Reynouard de récidiver.

Le BNVCA ne désespère pas

Texte publié par Sammy Ghozlan, Président du BNVCA et Evelyne Gougenheim, Secrétaire général

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme refuse de désespérer mais appelle au suivi par des actes forts les paroles entendues. Depuis les multiples débats sur le voile, puis sur le burkini, aux prières de rues sans parler des imams aux prêches virulents dans des mosquées qui mélangent politique et religion, nous avons, depuis plusieurs décennies, assisté à un étalage de nos faiblesses au nom de la démocratie. Puis il y eut les mises à mort, les unes plus terribles que les autres d’Ilan Halimi au Père Hamel  mais avec un fond sonore de plus en plus présent : islamophobie. Mais, comme le rappelait l’un des manifestants place de la République, les islamistes ont causé 263 morts, l’islamophobie 0.

De lâches petits renoncements

Depuis toutes ces années, le BNVCA se bat, dénonce, attaque en justice pour constater là aussi de grandes faiblesses. Les plaintes classées sans suite ont permis de faire  comprendre que le pire est possible, qu’au nom d’une démocratie qui craignait de heurter certaines sensibilités, la voie était libre. 263 français tués, mis à mort, décapités, défenestrés, démembrés et l’appel à l’apaisement se faisait encore entendre. L’absence de procès pour Sarah Halimi, ce qui serait une catastrophe, serait une réelle victoire pour tous les activistes de la haine.

En novembre dernier le CCIF, qui dit défendre les musulmans, faisait retentir Allah oukbar dans les rues de Paris, à quelques mètres du Bataclan. Au milieu de cette foule, se trouvaient des élus en écharpe tricolore. L’engagement sans discernement  d’élus palestinistes ou islamo-gauchistes a brouillé les lignes et rendu illisible la mission de nos élus. Ils ont trop souvent choisi d’être soumis à des impératifs en contradiction patente si ce n’est hostile envers la France, ses valeurs, son éducation, son art de vivre, son histoire et sa culture. En temps de guerre, c’est une trahison et les traîtres ne peuvent qu’être démis de leurs fonctions, un minimum. Pendant qu’eux ne sont pas inquiétés, d’autres font l’objet d’appels au meurtre avec transmission en public d’informations privées, véritables fatwas sur les réseaux sociaux. Parce qu’ils ou elles, comme Zineb El Rhazoui, osent dénoncer l’islamisme radical et ses dérives.

Il est grand temps de replacer l’église au milieu du village, selon cette jolie expression bien française.

Les réseaux sociaux ne peuvent rester les pourvoyeurs impunis de toutes les variétés de haine : anti-blancs, anti-France, anti-keufs, anti feujs (juifs et Israël). Le BNVCA continue à lutter et à assigner en justice  ceux qui la propagent, en espérant que les nouveaux outils de dissuasion et de répression qui sont annoncés suite à l’appel au meurtre contre Samuel Paty, permettront, désormais, d’agir  plus rapidement et plus efficacement. Ce fastidieux travail de dépistage systématique ne peut plus se heurter aux fins de non-recevoir de la justice : on ne peut plus examiner avec un œil naïf, ceux qui arment des bras qui tuent

Quant à l’Education Nationale, à tous les niveaux, professeurs principaux et proviseurs jusqu’aux rectorats, leur souci de « ne pas faire de vague » a permis de voir proliférer insultes et menaces, sans conséquences, si ce n’est, en règle générale, l’exclusion de …la victime. Rappelons pour mémoire que les élèves juifs ont du fait de cette situation, pour beaucoup, déserté l’école publique. Les élèves mais aussi, déjà, des professeurs. Une professeur de mathématiques, Mme Cohen avait subi des menaces et un véritable harcèlement en 2001 avec notamment des caricatures d’elle où on la voyait pendue par Al Qaïda. Elle finit, pour sa protection, à être mutée. Il n’y eut ni poursuites, ni sanction contre ceux qui la persécutaient. Même dès la primaire, l’école a  été prise en otage par la violence et le BNVCA n’a que trop souvent entendu dire : «  nous ne pouvons pas garantir la sécurité de certains élèves ».

Prise de conscience et menaces

Aujourd’hui la mort terrible de Samuel Paty semble avoir mené à la prise de conscience tant attendue. Expulsions, fermetures de mosquées, poursuite de ceux qui, sur les réseaux sociaux, crient leur haine : enfin des décisions sont prises.

Déjà, des voix se lèvent pour dénoncer les mesures prises par la France pour défendre ses concitoyens dans leur droit à vivre en sécurité. La Turquie, le Hamas ainsi que des Etats arabes et musulmans dont, faut-il le rappeler, chaque jour notre pays et les pays europééns accueillent des « réfugiés » ont lancé des appels au boycott ainsi que des imprécations diverses et vociférantes : la panoplie est complète pour fomenter la haine. Envers qui les nouveaux immigrés, entendant de telles déclarations, seront-ils loyaux ? Nous sommes face à un dispositif semblable à celui qu’a subi et subit toujours Israël, notamment par les actions de BDS. L’appel au boycott est un délit prévu et réprimé par la loi. Comme il l’a fait pour Israël, le BNVCA poursuivra en justice les internautes qui appelleront au boycott de la France et de ses produits

Est-il tard, trop tard ?

Il n’est jamais trop tard pour se lever et résister à un ennemi déclaré. Le BNVCA plus que jamais se doit de défendre les valeurs de la France, terre d’accueil pour ceux qui veulent s’y intégrer : en adoptant sa langue, sa culture et en respectant ses lois. Ce que firent les portugais, les italiens, les espagnols, les juifs et tant d’autres. Les juifs, toujours les premiers menacés, remplissent le rôle qui leur a été historiquement dévolu : le rôle de canari, celui qui détecte les émanations toxiques. Le BNVCA en est l’un des plus vigilants porte-paroles et à ce titre lance un cri d’alerte. Ne laissons pas la mort de Samuel Paty n’être qu’un chiffre de plus parmi tous les morts : il a pleinement assumé sa fonction de professeur des valeurs phares de la République : respect, liberté d’expression, courage. Soyons à la hauteur de ce qu’il représentait, de ce qu’il représente et représentera toujours : un homme qui se tient debout pour défendre sa culture et son identité. L’enjeu est majeur, ne baissons pas la tête, il est temps d’affronter nos démons qui portent un nom : terrorisme islamiste. Donnons-nous les moyens, dans le cadre démocratique et républicain, de faire taire ceux qui n’aiment que la France apeurée et soumise. Du haut de notre histoire partagée, tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour défendre notre drapeau nous y encouragent : la France mérite qu’on la protège et qu’on la défende. Maintenant.

 

 

Karim Akouche. Lettre ouverte à un soldat d’Allah. Arrête de m’appeler « frère »!

Article paru dans Tribune Juive du 22 octobre 20320

Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d’être schizophrène. Tu ne le regretteras pas. Ici, tu n’es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout le temps la gorge. L’Occident n’est pas fait pour toi. Ses valeurs t’agressent. Tu ne supportes pas la mixité. Ici, les filles sont libres. Elles ne cachent pas leurs cheveux. Elles portent des jupes. Elles se maquillent dans le métro. Elles courent dans les parcs. Elles boivent du whisky. Ici, on ne coupe pas la main au voleur. On ne lapide pas les femmes adultères. La polygamie est interdite. C’est la justice qui le dit. C’est la démocratie qui le fait. Ce sont les citoyens qui votent les lois. L’État est un navire que pilote le peuple. Ce n’est pas Allah qui en tient le gouvernail.

Tu pries beaucoup. Tu tapes trop ta tête contre le tapis. C’est quoi cette tache noire que tu as sur le front ? Tu pousses la piété jusqu’au fanatisme. Des poils ont mangé ton menton. Tu fréquentes souvent la mosquée. Tu lis des livres dangereux. Tu regardes des vidéos suspectes. Il y a trop de violence dans ton regard. Il y a trop d’aigreur dans tes mots. Ton cœur est un caillou. Tu ne sens plus les choses. On t’a lessivé le cerveau. Ton visage est froid. Tes mâchoires sont acérées. Tes bras sont prêts à frapper. Calme-toi. La violence ne résout pas les problèmes.

Je sais d’où tu viens. Tu habites trop dans le passé. Sors et affronte le présent. Accroche-toi à l’avenir. On ne vit qu’une fois. Pourquoi offrir sa jeunesse à la perdition? Pourquoi cracher sur le visage de la beauté?

Je sais qui tu es. Tu es l’homme du ressentiment. La vérité est amère. Elle fait souvent gerber les imbéciles. Mais aujourd’hui j’ai envie de te la dire. Quitte à faire saigner tes yeux.

Ouvre grand tes tympans. J’ai des choses à te raconter. Tu n’as rien inventé. Tu n’as rien édifié. Tu n’as rien apporté à la civilisation du monde. On t’a tout donné : lumière, papier, pantalon, avion, auto, ordinateur… C’est pour ça que tu es vexé. La rancœur te ronge les tripes.

Gonfle tes poumons. Respire. La civilisation est une œuvre collective. Il n’y a pas de surhomme ni de sous-homme. Tous égaux devant les mystères de la vie. Tous misérables devant les catastrophes. On ne peut pas habiter la haine longtemps. Elle enfante des cadavres et du sang.

Questionne les morts. Fouille dans les ruines. Décortique les manuscrits. Tu es en retard de plusieurs révolutions. Tu ne cesses d’évoquer l’âge d’or de l’islam. Tu parles du chiffre zéro que tes ancêtres auraient inventé. Tu parles des philosophes grecs qu’ils auraient traduits. Tu parles de l’astronomie et des maths qu’ils auraient révolutionnées. Tant de mythes fondés sur l’approximation. Arrête de berner le monde. Les mille et une nuits est une œuvre persane. L’histoire ne se lit pas avec les bons sentiments. Rends à Mani ce qui appartient à Mani et à Mohammed ce qui découle de Mohammed. Cesse de te glorifier. Cesse de te victimiser. Cesse de réclamer la repentance. Ceux qui ont tué tes grands-parents sont morts depuis bien longtemps. Leurs petits-enfants n’ont rien à voir avec le colonialisme. C’est injuste de leur demander des excuses pour des crimes qu’ils n’ont pas commis.

Tes ancêtres ont aussi conquis des peuples. Ils ont colonisé les Berbères, les Kurdes, les Ouzbeks, les Coptes, les Phéniciens, les Perses… Ils ont décapité des hommes et violé des femmes. C’est avec le sabre et le coran qu’ils ont exterminé des cultures. En Afrique, ils étaient esclavagistes bien avant l’île de Gorée.

Pourquoi fais-tu cette tête ? Je ne fais que dérouler le fil tragique du récit. Tout est authentique. Tu n’as qu’à confronter les sources. La terre est ronde comme une toupie, même s’il y a un hadith où il est écrit qu’elle est plate. Tu aurais dû lire l’histoire de Galilée. Tu as beaucoup à apprendre de sa science. Tu préfères el-Qaradawi. Tu aimes Abul Ala Maududi. Tu écoutes Tarik Ramadan. Change un peu de routine. Il y a des œuvres plus puissantes que les religions.

Essaie Dostoïevski. Ouvre Crime et châtiment. Joue Shakespeare. Ose Nietzche. Quand bien même avait-il annoncé la mort de Dieu, on a le droit de convier Allah au tribunal de la raison. Il jouera dans un vaudeville. Il fera du théâtre avec nous. On lui donnera un rôle à la hauteur de son message. Ses enfants sont fous. Ils commettent des carnages en son nom. On veut l’interroger. Il ne peut pas se dérober. Il doit apaiser ses textes.

Tu trouves que j’exagère ? Mais je suis libre de penser comme tu es libre de prier. J’ai le droit de blasphémer comme tu as le droit de t’agenouiller. Chacun sa Mecque et chacun ses repères. Chacun son dieu et à chaque fidèle ses versets. Les prophètes se fustigent et la vérité n’est pas unique. Qui a raison et qui a tort ? Qui est sot et qui est lucide ? Le soleil est assez haut pour nous éclairer. La démocratie est assez vaste pour contenir nos folies.

On n’est pas en Arabie saoudite ni au Yémen. Ici, la religion d’État, c’est la liberté. On peut dire ce qu’on pense et on peut rire du sacré comme du sacrilège. On doit laisser sa divinité sur le seuil de sa demeure. La croyance, c’est la foi et la foi est une flamme qu’on doit éteindre en public.

Dans ton pays d’origine, les chrétiens et les juifs rasent les cloisons. Les athées y sont chassés. Les apostats y sont massacrés. Lorsque les soldats d’Allah ont tué les journalistes, tes frères ont explosé de joie. Ils ont brûlé des étendards et des bâtiments. Ils ont appelé au djihad. Ils ont promis à l’Occident des représailles. L’un d’eux a même prénommé son nouveau-né Kouachi.

Je ne comprends pas tes frères. Il y a trop de contradictions dans leur tête. Il y a trop de balles dans leurs mitraillettes. Ils regardent La Mecque, mais ils rêvent de Hollywood. Ils conduisent des Chrysler. Ils chaussent des Nike. Ils ont des IPhone. Ils bouffent des hamburgers. Ils aiment les marques américaines. Ils combattent « l’empire », mais ils ont un faible pour ses produits.

Et puis, arrête de m’appeler « frère ». On n’a ni la même mère, ni les mêmes repères. Tu t’es trop éloigné de moi. Tu as pris un chemin tordu. J’en ai assez de tes fourberies. J’ai trop enduré tes sottises. Nos liens se sont brisés. Je ne te fais plus confiance. Tu respires le chaos. Tu es un enfant de la vengeance. Tu es en mission. Tu travailles pour le royaume d’Allah. La vie d’ici-bas ne t’intéresse pas. Tu es quelqu’un d’autre. Tu es un monstre. Je ne te saisis pas. Tu m’échappes. Aujourd’hui tu es intégriste, demain tu seras terroriste. Tu iras grossir les rangs de l’État Islamique.

Un jour, tu tueras des innocents. Un autre, tu seras un martyr. Puis tu seras en enfer. Les vierges ne viendront pas à ton chevet. Tu seras bouffé par les vers. Tu seras dévoré par les flammes. Tu seras noyé dans la rivière de vin qu’on t’a promise. Tu seras torturé par les démons de ta bêtise. Tu seras cendre. Tu seras poussière. Tu seras fiente. Tu seras salive. Tu seras honte. Tu seras chien. Tu seras rien. Tu seras misère.

Extrait de Lettre à un soldat d’Allah – Chroniques d’un monde désorienté, Karim Akouche, éd. Écriture (Editions de l’Archipel), Paris, 2018 ; éd. Frantz Fanon, Boumerdès, 2018.

Boualem Sansal. A la guerre, on répond par des actes décisifs et non par des discours émus


Pour le romancier algérien, notre pays se croit frappé par des terroristes alors qu’il subit une guérilla islamiste qui prend son élan pour un jour atteindre les dimensions d’une guerre totale.

Quelle horreur, quelle barbarie, on décapite un prof pour une caricature qui a fait mille fois le tour de la planète ! C’est dire la rancoeur et la folie des islamistes.

On condamne en rivalisant d’émotion et de formules, on affirme son soutien à la famille de la victime, on rassure le corps enseignant et les parents d’élèves, on appelle à des mesures fortes, on promet la fermeté.

Voilà ce qu’on entend sur les ondes. On fait son devoir, on a la conscience tranquille… jusqu’à la prochaine horreur, la prochaine barbarie.

la France ne comprend pas

Tout cela montre que la France ne comprend toujours pas la réalité à laquelle elle est confrontée. Elle se croit frappée par des terroristes, des jeunes fichés S ou pas, alors qu’elle subit une guérilla qui peu à peu prend son élan pour un jour atteindre les dimensions d’une guerre totale, comme beaucoup de pays l’ont vécue et la vivent encore à des degrés divers (Algérie, Mali, Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, Somalie).
L’islamisme est un Etat souverain. L’islamisme ne fait pas dans le terrorisme et ceux qui égorgent et violent au nom de l’islam ne sont pas des assassins, ni des fous, ni des ignorants. Il faut enfin regarder les choses en face et employer les mots qui conviennent. L’islamisme est un Etat souverain, un Etat qui n’a pas de territoire propre, pas de frontières, pas de capitale, pas de citoyens mais des fidèles unis dans la Oumma, présente dans toutes les régions du monde, dans la maison de l’islam et dans la maison de la guerre, pas de constitution mais la charia tirée du saint coran et des hadiths authentiques.

Ses soldats, policiers, imams, juges et bourreaux ne sont pas des fonctionnaires mais les fidèles eux-mêmes, sans liens hiérarchiques entre eux, agissant chacun selon ses moyens et les circonstances, en solitaire ou avec ses proches, parents, amis, voisins et des volontaires venus de plus loin.
Allah ordonne à chaque musulman, où qu’il soit dans le monde, d’oeuvrer par tous les moyens à l’expansion de l’islam, de le défendre au prix de sa vie, de combattre les mécréants et de châtier les blasphémateurs et les apostats.

A la guerre, on ne répond pas par des discours émus


Cette guerre, il la fait au monde entier, aux musulmans qui n’appliquent pas la charia, aux chrétiens, aux juifs, aux athées. La France est plus fortement touchée en raison de son histoire propre (la colonisation, son soutien aux dictatures arabes, la présence sur son sol d’une émigration nombreuse mal intégrée qui peu à peu s’est détachée de la communauté nationale). C’est à cela qu’a obéi le jeune tchétchène de Conflans Sainte-Honorine.

Pour les Français, c’est un assassin, pour les islamistes il s’est comporté en musulman sincère et courageux, il a jugé ce professeur pour blasphème, l’a condamné à mort et l’a exécuté, conformément à la charia. En récompense, il ira au paradis et aura les 72 vierges promises par Allah.

A la guerre, on répond par des actes décisifs et non par des discours émus

Il est plus que temps que la France regarde ces choses dans leur réalité nue, et se convainc qu’à la guerre on répond par des actes décisifs et non par des discours émus.

© Boualem Sansal

Boualem Sansal, auteur algérien, a publié notamment “2084 : la fin du monde”(Gallimard), qui a remporté le Grand Prix du Roman de l’Académie française en 2015.

Le BNVCA, depuis de nombreuses années, signale, désigne et dénonce le danger islamiste.

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, BNVCA, reste choqué par la décapitation du professeur Mr Samuel Paty,  par un terroriste islamiste d’origine tchéchène et ayant récemment été régularisé par les autorités françaises.

Nous découvrons avec surprise que le sieur Abdelhakim Sefrioui pourrait être l’instigateur principal de cet attentat

Ce qui nous surprend, nous révolte et nous inquiète, c’est que nous avions signalé à plusieurs reprises la dangerosité de ce dirigeant islamiste. A plusieurs reprises nous avions demandé la dissolution de son association et l’interdiction de son site collectif Cheikh Yacine manifestement islamiste, antisioniste et antisémite.

Le BNVCA avait œuvré avec le Préfet de Seine Saint Denis et le Député Jean Christophe Lagarde de Drancy, pour empêcher le chef de ce collectif subversif de manifester contre l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, dont il avait même tenté d’occuper la mosquée. 

Nous joignons à la suite de ce communiqué, notre communiqué daté du 27 décembre 2012, dans lequel nous réclamions en vain au Préfet de Police de Paris, l’interdiction d’une manifestation à risque, et la dissolution du collectif mis en cause.

Le BNVCA avait aussi débusqué d’autres sites islamistes signalés, pour lesquels également les alertes et signalements sont restés sans effet.

Nous rappelons quelques-uns de ces signalements

  • Mohamed Latreche président du Parti des Musulmans de France, Plainte déposée par le BNVCA comprenant 50 chefs d’inculpations. Il fut relaxé à l’audience du TGI de Strasbourg le 14 septembre 2011
  • Le site de Ahmed Rami, ancien officier marocain, dont le site se caractérise par : islamiste antisioniste et antisémite
  • Le site de Ahamlane chef du Groupe Islamiste de Nantes contre lequel nous avions déposé plainte le 17/7/2010. Ce groupe islamiste Forsane Alizza, également baptisé « Les Cavaliers de la fierté », est un groupuscule radical islamiste, créé en août 2010 à Nantes, en France, par Mohamed Achamlane et dissout le 1ᵉʳ mars. Toutefois en 2020 il aurait cherché à se procurer des armes.

Nous considérons qu’il est grand temps que l’Etat prenne des dispositions drastiques, urgentes et efficaces de nature à éloigner le danger et à épargner nos concitoyens du danger islamiste.

Les valeurs de la France, de la République, de la laïcité doivent s’imposer. Tous les ressortissants français doivent respecter et faire respecter nos valeurs avant celle d’une quelconque religion

Nous attendons des organisations musulmanes de France qu’elles s’emploient à engager des démarches auprès de leurs fidèles, qu’elles dénoncent et excluent tout individu ou tout groupe d’individus, extrémiste et islamiste de leur sphère.

Annexes

Communiqué BNVCA de 2012:

https://www.thebvnca.com/2012/12/le-bnvca-demande-au-prefet-de-police-de-paris-dinterdire-le-rassemblement-du-collectif-cheik-yassin/

Article et photos, suite à l’interdiction de manifester

https://french.alahednews.com.lb/8332/280

   

Toute notre sympathie

COMMUNIQUE

Le Président et toute l’équipe du BNVCA expriment leur solidarité et leur soutien à leur Vice-Président, Guy ATTAL, suite au décès de son beau-frère Eric ASSOUS. Personnalité du monde de la culture, réalisateur, scénariste et dialoguiste, Eric Assous était né à Tunis le 30 mars 1956. Nous assurons son épouse et ses enfants de toute notre sympathie.

Gratitude et Solidarité avec la Ville de Justes dévastée, St-Martin-Vésubie

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme (BNVCA) appelle à une mobilisation exemplaire pour aider la Commune de St-Martin-Vésubie dévastée et les familles éplorées par un si lourd tribut. 

A St-Martin-Vésubie, après les tragiques conséquences de la tempête déchaînée, le processus de reconstruction est déjà lancé sur des fondations résistantes à toutes les épreuves : la solidarité et la reconnaissance.

Les habitants de St-Martin-Vésubie ont l’étoffe de héros. Chaque jour des récits de courage et de solidarité nous émeuvent et nous remplissent d’admiration. Le constat s’impose : les habitants de St-Martin-Vésubie sont à la hauteur de leurs illustres prédécesseurs

Durant les années de plomb et d’horreur, les habitants de St-Martin-Vésubie ont su, en toute discrétion, faire preuve des plus hautes qualités morales. Il nous revient aujourd’hui de leur témoigner notre gratitude et notre respect : huit cents juifs ont été sauvés.  « Qui sauve une vie, sauve l’Humanité » (Talmud)

A nous d’être à la hauteur !

Ne laissons pas l’indifférence et l’oubli emporter ces étincelles d’humanité portées par les Justes des nations et dont la lumière nous éclaire jusqu’à ce jour. Pour ces hommes et femmes héroïques, dans l’océan noir de la collaboration et de la délation, il était « normal » de sauver les vies humaines, les vies de juifs pourchassés. Il était « normal » de risquer sa vie pour cacher, nourrir, protéger ceux qui n’étaient plus que des cibles désignées par les prédateurs nazis. Il était « normal » de partager les maisons, le travail, la vie.

Aujourd’hui, c’est à nous de trouver « normal » de venir au secours de nos concitoyens de St-Martin-Vésubie. Doublement « normal » :  en tant que français juifs, à la mémoire longue et au cœur reconnaissant.

Le BNVCA fait appel à votre sens des responsabilités, à votre générosité pour que le Devoir de Mémoire s’incarne en un véritable signe d’alliance, un arc-en-ciel aux couleurs éternelles de la gratitude et de la solidarité

Au nom de ce passé exemplaire de générosité, soyons à l’unisson, pour reconstruire l’avenir.

Envoyez vos dons à  BNVCA – Opération Solidarité
avec St-Martin-Vésubie (reçu Cerfa)

100% des dons seront reversés au Maire de St-Martin-Vésubie

Par chèque BNVCA Opération Solidarité St-Martin-Vésubie         66, rue Laugier 75017 Paris                         

ou

sur le site    thebvnca.com   ( Cliquer Appel aux dons  https://www.thebvnca.com/faire-un-don/)

 

Le BNVCA salue la vigueur de la réaction allemande à la nouvelle opération d’incitation à la haine d’Israël du BDS

Le BNVCA salue la vigueur de la réaction allemande à la nouvelle opération d’incitation à la haine d’Israël du BDS, dénoncée par l’Ambassade d’Israël en Allemagne. La Weißen Akademy of Art de Berlin ne recommencera pas. Un projet de cette école d’art organisé par un groupe de la mouvance de BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) proposait comme cours : « Désapprendre le sionisme », ce qui n’était autre qu’une incitation à la haine antisioniste et antisémite. Or, il est constaté que l’incitation à la haine d’Israël pousse à l’attaque de juifs.

En quelques jours, dès l’alerte lancée par l’Ambassade d’Israël en Allemagne, des mesures radicales ont été prises : le programme a été supprimé du site Internet de l’Ecole et le financement du cours suspendu.

En effet, l’Allemagne, en prise à une recrudescence d’actes antisémites, a développé ses moyens d’action contre ce fléau. Ainsi, l’an dernier, le Parlement allemand a, suite à un vote, désigné le mouvement BDS comme antisémite. De plus, le gouvernement fédéral a adopté la définition de l’IHRA (Alliance Internationale pour la Mémoire de l’Holocauste) qui inclut notamment le droit du peuple juif à l’autodétermination, dispose désormais des moyens juridiques lui permettant de bloquer les dérives antisémites et antisionistes.

Le BNVCA salue la réaction des autorités allemandes face aux risques de banalisation de l’antisémitisme et de l’antisionisme qui menacent, agressent et tuent des juifs encore en Europe longtemps après la Shoah.

Les activistes du mouvement BDS tentent d’abuser des libertés de réunion et d’expression que leur accordent les démocraties pour agir contre Israël de façon vicieuse et fourbe.  La plupart du temps leur stratagème est débusqué et sanctionné, comme cette fois en Allemagne.

Depuis plusieurs années le BNVCA demande l’interdiction de ce mouvement subversif et sa dissolution. 

 

 

Le BNVCA dénonce et condamne le harcèlement antisémite que subit un administré juif de la ville de Perpignan.

Le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme, le BNVCA dénonce et condamne le harcèlement antisémite que subit un administré juif de la ville de Perpignan.
Le 28 septembre 2020 Mme S. D… avait déposé plainte contre le ou les auteurs de tags antisémites peints sur la porte de son appartement :« MOR O JUIFS »   et une croix gammée qu’elle s’est empressée d’effacer. La personne a été si profondément choquée à la découverte de ces menaces, qu’elle a perdu connaissance et a dû être prise en charge par le SAMU

Nous demandons aux autorités de police de tout mettre en œuvre pour identifier le ou les auteurs de ces insanités racistes, la victime précisant être le seul habitant juif de l’immeuble. Nous considérons qu’une enquête de voisinage approfondie pourrait confondre les auteurs.

Nous demandons au Préfet de Perpignan de faire assurer la protection de la victime et envisager son déménagement vers une cité plus sereine.

Le BNVCA reste attentif aux solutions proposées et assure la victime de son soutien et de son aide.

 

         

Le BNVCA lance un appel à la Solidarité avec St Martin de Vésubie, Ville de Justes

 

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, (BNVCA) lance un appel à tous pour venir en aide à St-Martin-Vésubie, ville dévastée, meurtrie et endeuillée par le déchaînement climatique. Le BNVCA n’oublie pas le courage et la solidarité qui ont permis à des centaines de juifs réfugiés d’être sauvés pendant la guerre, à St Martin de Vésubie.  

Envoyez vos dons à BNVCA Compte Solidarité avec St Martin de Vésubie ( reçu Cerfa)

100% des dons seront reversés au maire de St Martin de Vésubie
par chèque BNVCA 66 Rue Laugier 75017 Paris
En allant sur le site BNVCA.ORG ( cliquer case Appel aux dons)

LES MOTIFS DE NOTRE GRATITUDE

Grâce à une exemplaire résistance républicaine, St-Martin-Vésubie a servi de ville d’accueil  à 1200 juifs étrangers, pourchassés entre 1942 et 1943 leur permettant de bénéficier d’un « havre de paix » dans cette région aux mains de l’Italie durant cette période. La population fut de la plus totale discrétion, vitale pour ces personnes  juives aux abois. Durant six mois, les juifs de St Martin de Vésubie ont pu vivre, être logés et nourris par un réseau étroit de coopération entre le Joint, des responsables juifs, les scouts, l’Ort et l‘extraordinaire population de St Martin de Vésubie.  La population locale très appauvrie par la guerre a  su développer une solidarité et même une amitié exceptionnelle avec ces étrangers dont une grande majorité ne parlaient que le yiddish

Le 3 septembre, lorsque les allemands ont repris le contrôle de cette région, grâce à une alerte transmise à chaque maison,  fut organisé le 8 septembre un départ précipité par l’extrême urgence.  Pour gagner l’Italie, une grande marche, traversant les crêtes du Mercantour, a permis à deux tiers des réfugiés  d’échapper  aux nazis. Certains trop faibles, trop âgés ou avec des problèmes cardiaques sont morts durant cette marche. Certains n’ont pu partir et furent arrêtés et déportés. Mais ce sont plus de huit cents juifs qui ont été sauvés par les mille si six cents habitants de St Martin de Vésubie

Le BNVCA n’oublie pas et veut témoigner toute sa gratitude en appelant à une mobilisation forte et nécessaire pour venir au secours d’une ville frappée par le malheur.

Au nom de ce passé exemplaire de générosité, soyons à l’unisson, pour reconstruire l’avenir.

Envoyez vos dons à  BNVCA – Opération Solidarité
avec St Martin-Vésubie (reçu Cerfa)

100% des dons seront reversés au Maire de St Martin de Vésubie

Par chèque BNVCA 66, rue Laugier 75017 Paris     ou

sur le site    thebvnca.com   ( Cliquer Appel aux dons  https://www.thebvnca.com/faire-un-don/)

Le BNVCA condamne avec force l’attentat raciste et prémédité commis dans la nuit du 3 au 4 octobre contre un lieu de culte catholique à Rillieux-la-Pape (69)

Le BNVCA scandalisé condamne avec force l’attentat raciste commis dans la nuit du 3 au 4 octobre contre un lieu de culte catholique à Rillieux-la-Pape dans le Rhône.

Selon le Maire de Rillieux-la-Pape, dans la nuit du samedi au dimanche 4 octobre vers 21h30 « un groupe d’une dizaine de personnes vêtues de noir et cagoulées afin de ne pas être identifiables en raison de la présence de caméras de surveillance » a volontairement percuté avec une voiture la façade de l’Eglise St Pierre Chanel et y a mis le feu, a indiqué l’édile sur les réseaux sociaux. Selon le maire, le même groupe s’est aussi attaqué «de manière coordonnée» à une dizaine de véhicules stationnés dans divers endroits de la ville.

Nous considérons qu’en attaquant une Eglise, les pyromanes ont voulu atteindre la France qui les nourrit mais qu’ils détestent. Comme nous l’ont exprimé de nombreux correspondants, nous pouvons soupçonner que les attaquants de l’église aient voulu mener des représailles suite à la réédition des caricatures de Mahomet. Le choix de cette banlieue de Lyon n’est certainement pas anodin. Il est d’autant plus évident et prémédité que Rillieux porte le nom de « La PAPE ».

Le mode opératoire de ces pyromanes prouve que leur crime raciste est pensé, prémédité, planifié et organisé en bande. Nous demandons que tout soit mis en œuvre pour identifier et interpeller les lâches criminels racistes.

Nous assurons la ville de Rillieux-la-Pape ainsi que tous les fidèles catholiques de France de notre solidarité et de notre sympathie.

Le BNVCA dénonce et condamne l’attaque antisémite commise contre un restaurant cacher dans le 19ème Arrondissement .

Le BNVCA dénonce et condamne l’attaque antisémite commise contre le restaurant cacher McQueen  situé au 28 de la rue Manin,  dans le 19ème Arrondissement,

Les faits se sont produits entre la fermeture de l’établissement le  1er octobre à 22h50  et l’ouverture le  2 octobre à 9h50. Le rideau métallique a été forcé , le ou les auteurs ont emporté le fonds de caisse, insignifiant, et ont laissé sur les murs à la peinture noire des tags manifestement antisémites, des croix gammées ainsi que des slogans faisant l’apologie d’Hitler.

Selon nos informations, la Police judiciaire du 2ème District a été saisie de l’enquête par le Parquet.

Nous demandons aux services de police de mettre tout en œuvre pour identifier et interpeller les malfaiteurs antisémites.

Nous demandons au Préfet de Police de Paris de faire assurer la sécurité de ce secteur où sont installés de nombreux restaurants, commerces, écoles juives et oratoires, notamment cette semaine où sera célébrée la Fête des Cabanes, Souccot.

Le BNVCA suit avec attention les progrès des investigations.

Shmuel Trigano: De la démocratie comme droit de mourir (et de donner la mort)?

Photo inpress.fr

L’imbroglio dans lequel Israël est embourbé a quelque chose de kafkaïen. Une question lancinante obsède les rédactions et la classe politique. Les manifestations de dizaines de milliers de personnes hostiles à Netanyahaou peuvent-elles légitimement se dérouler alors que la pandémie atteint le plus haut sommet du monde? Ne contribuent-elles pas à répandre le Corona?

D’un côté on interdit tout rassemblement pour des causes sanitaires, de l’autre on autorise ces énormes rassemblements sans masques ni distanciation sociale. Tout simplement parce que la manifestation serait un droit sacré de la démocratie! Le procureur de l’Etat, la Cour suprême sont même allés jusqu’à interdire de les interdire au ministre de l’Intérieur! En somme la démocratie est plus forte que le coronavirus. On touche ici à la limite de la conscience moderne, de l’Etat moderne. Hier soir le Procureur a fini par accepter l’interdiction de ces manifestations mais à condition d’instaurer un confinement total, c’est à dire de plonger tout le pays dans une ruine économique dont Israël pourrait ne pas se relever. Mais, atttention, il s’agit de sauver la démocratie!

C’est alors que se lèvent les religieux. On leur ferme leurs synagogues, on les stigmatise parce que leur milieu est parmi les plus contaminés comme le sont aussi les milieux arabes du fait des rassemblements qui leur sont propres. Le droit de prier en communauté serait-il moins respectable que le droit de manifester en masse? Ce qui est permis aux laïques haïssant Netanyahou serait-il interdit aux religieux aimant leur Dieu? Discrimination disent les uns, fascisme crient les autres.  Dictature nazie, ai-je entendu hier à la Télévision!

La faillite du gouvernement de coalition est totale mais les électeurs ont eu ce qu’ils méritent car ils n’ont pas su faire la différence par deux fois. C’est tout un système médiatico-juridique qui, pendant des années, a sapé l’autorité d’un Etat dont on voit aujourd’hui les défaillances. Faut-il se résigner aux deux mille morts que les épidémiologistes nous annoncent pour les semaines à venir? Après, nous aurons besoin d’un grand sursaut créatif, loin des sinistres drapeaux noirs qu’agitent les instigateurs des manifestations.

*Chronique sur Radio J, le 23 septembre 2020

Le BNVCA dépose plainte contre le rappeur antisémite révisionniste Issa Lorenzo Diakhaté alias Freeze Corleone et la Société” de production UNIVERSAL.

Le BNVCA réclame la saisie des albums et leur destruction ainsi que la déchéance de la nationalité française de Freeze Corleone

Le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme, (BNVCA) condamne avec force et colère le dernier avatar musical antisémite négationniste et révisionniste de Freeze Corléone 

Le rappeur des Lilas (93) est inconnu du grand public mais son album sorti le 11 septembre s’est déjà vendu à plus de 15 000 exemplaires. Cela montre l’appétence de ses fans pour ses idées complotistes et anti-juives .

Pour Freeze Corleone, complotisme et antisémitisme sont devenus des produits de vente populistes. Nous notons que la date de sortie de son album le 11 septembre n’a pas été choisie au hasard : elle correspond à l’anniversaire des attentats terroristes islamistes contre les Twin Towers et autres sites aux USA. 

 

Cet individu de son vrai nom Issa Lorenzo Diakhaté est né le 6 juin 1992 aux Lilas de parents sénégalais. Il s’inspire de Dieudonné et, sous couvert, d’une concurrence victimaire, il exprime un antisionisme virulent.

Le rappeur soutient qu’il n’en a rien à foutre (RAF) de la Shoah ni des camps de concentration et fait des comparaisons / amalgames au massacre des Amérindiens et à l’esclavage.  Il est fasciné par Hitler et Goebbels.  Il cite allègrement des personnalités juives   telles que Bernard-Henri Lévy ou David Ben Gourion, toutes accusées des pires maux de la Terre.

Freeze Corleone s’assimile à la figure du Mollah Omar, ancien chef des Talibans et idéologue moderne de l’antisémitisme : “Seigneur de guerre comme le Molah Omar” s’enorgueillit-il dans S.O. Pour lui ”trop de “Cohen”, trop de Juifs dans le rap, trop de Juifs dans la finance, trop de Juifs dans la politique, trop de Juifs dans les complots, trop de Juifs dans les manuels scolaires. Et face à eux, le courage et la bravoure du IIIe Reich et de son mysticisme héroïque. 

La plupart des citations antisémites et négationnistes ont été révélées et analysées par le journaliste Paul Didier du journal Marianne

Nous saluons la réaction immédiate du Ministre de l’Intérieur Mr Gérald Darmanin et des députés qui réclament des sanctions contre le rappeur “antisémite et pronazi”

Nous saluons de même le Parquet de Paris qui d’initiative ouvre une enquête portant sur différents clips vidéo de Freeze Corleone du chef de provocation à la haine raciale et injure raciste

Trop c’est trop.

Des mesures immédiates, administratives et pénales doivent être prises contre ce rappeur et ses complices Nous réclamons la saisie immédiate des albums antijuifs, et leur destruction. Nous demandons l’interdiction de vente de ces albums

Nous demandons aux sites web hébergeurs de vidéos (Wix Video, YouTube, Vimeo, WistiaVideo, Cloud by Brightcove, Sprout Vidéo, Trackmusik, Dailymotion) de rejeter sans délai les clips et les albums de Freeze Corleone  

Parmi ses complices, le BNVCA inclut la maison qui produit et commercialise son album puant.

Le BNVCA demande au Préfet de Bobigny, département de naissance de Lorenzo Diakhaté alias Freeze Corleon, d’engager une procédure de déchéance de la nationalité française 

Nous formulons également cette requête auprès du Ministre de l’Intérieur Mr Gérald Darmanin.

Le BNVCA charge son conseil habituel Maître Baccouche de déposer plainte contre Lorenzo Diakhaté alias Freeze Corleone pour “antisémitisme, révisionnisme, complotisme, négationnisme”. La même plainte sera déposée contre Universal Music.

 

Le BNVCA salue les accords de paix ABRAHAM scellés par les E.A.U et Israël.

66 rue Laugier 75017 PARIS

Le Président

Sammy GHOZLAN

01 77 38 49 44

 

Le BNVCA (Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme) salue avec une grande satisfaction les accords historiques signés par les états Arabes Unis avec Israël.

Nous constatons que la Ligue Arabe qui réunit la majorité des pays arabes et musulmans n’est pas opposée à ses accords et les soutient.  

 Nous restons convaincus que ces traités auront une influence certaine sur La baisse de l’antisémitisme réapparu il y a déjà 20 ans. 

Tous les observateurs, tous les analystes confirment que ce nouvel antisémitisme avait trouvé sa source dans l’incitation à la haine de l’État juif.

Après les traités de paix signés avec la Jordanie et l’Egypte, ces accords ABRAHAM vont sceller non seulement une nouvelle ère israélo arabe mais aussi une nouvelle alliance judéo musulmane qui aboutiront à terme à ce que l’anti sionisme masque de l’antisémitisme s’estompe voire disparaisse. 

Nous espérons que ces accords auront une influence significative et positive sur les mentalités. Nous pensons que la haine ne sera plus propagée contre les juifs. 

Nous espérons également que cela marquera une baisse conséquente des actes antisémites.

 Le BNVCA est persuadé que beaucoup d’autres nations arabo musulmanes suivront cette dynamique.

Nous appelons la Diplomatie Française, l’Europe, les Organisations, les partis politiques, les élus « palestinistes » sans discernement à admettre cette nouvelle réalité et à soutenir ces accords Israélo Arabes porteurs de paix de sécurité et de prospérité pour tous les peuples de la région.



Le BNVCA aux côtés de Zineb El Rhazoui

Le scénario est désormais connu : toute prise de position, toute évocation du voile ou de tout autre élément de l’idéologie islamiste suscite une déferlante de haine et de menaces de mort. Hier Judith Waintraub, aujourd’hui Zineb El Rhazoui. Demain ?

Le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme (BNVCA) est plus qu’inquiet de voir la multiplication de violences verbales inadmissibles dans une société de liberté et de démocratie. Plus qu’inquiet de voir les menaces de mort que doivent affronter les audacieux et audacieuses qui, courageusement, ne renoncent pas à dénoncer les attaques contre la France, contre la République et contre la laïcité

Le BNVCA demande que, sans plus attendre, des mesures fortes et rapides soient prises pour identifier les coupables, les poursuivre et enfin leur interdire l’accès aux réseaux sociaux où malheureusement ils sévissent sans limite.

Fidèle à sa mission de lutte contre l’Antisémitisme et de rempart contre l’ensauvagement, le BNVCA déclare se tenir aux côtés de Zineb El Rhazoui, dont le discours débusque les entrismes et les tentatives d’avancées qui mettent en péril l’équilibre de la société française.

Le BNVCA appelle à un sursaut des politiques pour comprendre et agir contre de telles dérives.

 

Le BNVCA aux côtés de Judith Waintraub

 

64, Rue Laugier 75017 Paris

Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

 

Le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme (BNVCA) est scandalisé par la multiplication des insultes et menaces à l’encontre de toute personne ou journaliste qui ose remettre en question le dogme actuel qui prévaut.

Judith Waintraub, journaliste du Figaro, est la dernière victime de telles agressions assorties de menaces de mort sur les réseaux sociaux, portant atteinte à la liberté d’expression digne de toute démocratie. De surcroît, à l’heure du procès Charlie Hebdo, céder à de telles pressions serait du plus mauvais augure.

Nous attendons des autorités de police et de justice qu’elles mettent tout en œuvre afin de neutraliser et  bloquer l’accès à tous ceux qui abusent des réseaux sociaux pour menacer la liberté de tous.

Le BNVCA, fidèle à sa mission de lutte contre l’Antisémitisme et de rempart contre l’ensauvagement, déclare d’ores et déjà se tenir aux côtés de Judith Waintraub, suite au harcèlement assorti de menaces de mort qu’elle subit depuis son intervention.

 

 Le Bureau du BNVCA

06 63 88 30 29 

Dieudonné encore condamné à Chartres pour des propos racistes, suite à la plainte déposée par le BNVCA, en 2017.

Le BNVCA (Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme) accueille avec une grande satisfaction le délibéré prononcé le 10 septembre 2020, par le Tribunal de Chartres, contre le sieur MBALA MBALA alias Dieudonné, jugé le 22 juin en correctionnelle pour des propos racistes et antisémites tenus en 2017, dans le cadre de son spectacle, le ”Bal des quenelles” joué à son domicile de Saint Lubin de la Haye (Eure et Loire)

A la demande du président du BNVCA, Maître Baccouche avait, le 21 juin 2017, déposé entre les mains du Procureur de la République de Chartres, une plainte contre Dieudonné qui, le 17 juin, avait réédité le ” Bal des quenelles” de Saint Lubin de la Haye (Eure et Loire). Il était accusé de s’être de nouveau rendu coupable, au cours de ce spectacle, d’apologie du nazisme et d’avoir tenu des propos antisémites caricaturaux comme « le gang des pyjamas de Cracovie ».  

Dieudonné a donc été condamné ce jeudi à 10.000 euros d’amende pour avoir tenu des propos racistes en juin 2017 dans le cadre de son spectacle le ” Bal des quenelles”.

Suivant les réquisitions du Parquet, le Tribunal a estimé que le terme “gang des pyjamas de Cracovie”, en référence à la tenue portée par les déportés juifs à Auschwitz durant la Seconde Guerre Mondiale et employé lors d’un spectacle joué à son domicile d’Eure-et-Loir, était “injurieux à l’égard des juifs victimes de l’Holocauste”.

Le tribunal a également condamné le polémiste à verser 8.000 euros au Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme 

Le BNVCA charge son conseil Maître Baccouche d’agir immédiatement pour faire mettre à exécution les peines prononcées par le Tribunal de Chartres.

Ce jugement, sévère, est très encourageant. Il confirme que le BNVCA a raison de rester persévérant, vigilant, combatif et opiniâtre, toujours prêt à poursuivre tous les antisémites par toutes les voies légales

37 ans après l’attentat de la Rue des Rosiers, une arrestation.

Le Bureau du BNVCA (Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme) apprend avec satisfaction l’arrestation, en Norvège, d’un membre présumé du commando terroriste palestinien suspecté d’avoir participé à l’attentat contre le quartier juif de la rue des Rosiers, à Paris en 1982.

Bien que la police norvégienne n’ait pas encore révélé l’identité de ce terroriste, nous savons que la France demande l’extradition de Walid Abdulrahman Abou Zayed, établi en Norvège depuis 1991.

Ce dossier intéresse au plus haut point le BNVCA dont le Président, Sammy Ghozlan, aujourd’hui Commissaire Honoraire de Police, avait reçu dès le 11 août 1982, du Premier Ministre Mauroy et de son chef de Cabinet, Jean Michel Rosenfeld, une mission exceptionnelle, en marge et à l’appui de l’enquête officielle de la police judiciaire de Paris dirigée par Alain Cances   

C’est Sammy Ghozlan qui avait reçu par téléphone la revendication de l’attentat par Abou Nidal, chef du Groupe palestinien Fatah Conseil Révolutionnaire

Le 9 août 1982, cet attentat palestinien avait causé la mort de six personnes et en avait blessé 22 autres. C’était le deuxième attentat antijuif palestinien, le premier ayant été perpétré contre la synagogue parisienne de la Rue Copernic en 1980.

Les faits se sont produits dans la capitale française. C’est pourquoi le BNVCA demande au Président de la République Française Monsieur Emmanuel Macron de peser de tout son poids politique et diplomatique pour obtenir enfin l’extradition de ce terroriste afin de le faire juger en France, même 37 ans après les faits. 

Les victimes, leurs familles, les citoyens français de confession juive et tous les français soucieux de justice attendent ce procès avec une grande impatience.